Bienvenue sur mon blog

qu’est ce que la politique?

   Il est dificile de donner une définition exacte et unanime entre tous les auteurs au terme politique et cela en raison de la largeté de la matiére et sa relation avec d’autres brances comme le droit,l’ economie la sociologie, la psychologie…d’un doté, et la différence des ideologie politique de l’autre coté.

   Neanmoins, celà n’interdit pas de conclure une définition simple et plus oun moins réel partagée entre tous les ecrivains et selon laquelle « la politique est la science de gouvernement des Etats » ou encore « la politique est l’art de gouverner les sociétés humaines ».

   Ces deux notions donc, définissent la politique comme etant une science de gouverner c’est à dire une maniére de gouvernement.

    Certe, le mot gouvernement indique toutes les sociétés organisées quelqu’ en soit, c’est-à-dire un pouvoir organisé dans des institutions de direction.

   Or, les spécialistes sont divisés qunt à la considération de la politique en tant que science de l’Etat du point de vue que ce dérnier est le pouvoir de l’organisation des sociétés en générale, et ceux qui considérent la politique comme une science de pouvoir organisateur des sociérés humaines.

    Mais, sans entrer dans le detail du terme, l’existence de l’Etat entous cas, reste importante pour la politique comme cette derniére est necessaire pour l’Etat , et même ceux qui définissent la politique comme une science de gouverner la société humaine acquiessent quee le pouvoir ne peut être réalisé pleinement que dans l’Etat.

    En effet, la science politique revêt une double signification, selon qu’il s’agit de la conception classique ou de l’approche modérne. Autrement dit, selon son rapport avec l’Etat ou avec la science du pouvoir.

               

             1-Science politique:science de l’Etat

   Cette optique s’interesse à l’etude de l’Etat depuis la cité greco-romaine jusqu’à la naissance de l’Etat-nation de 18siécle. Son apport réside dans la distinction qu’elle établit, entre la société nationale et les autres groupement sociaux. Cette conception classique affirme que seul l’Etat titulaire de prérogatives de puissance pour cette tendance, il n’ y a de pouvoir politique que dans l’Etat.

            2- Science politique: science de pouvoir:

    C’est la conception moderne adopté par  Aron, Vedel, Duverget, Burdeau…Pour ses doctrinaires, la science politique est la science de l’autorité,du commendement du gouvermentn dans queque société humaine que ce soit, et pas seulement la société etatique.

    Le pouvoir peut etre assimilé à une force, à une énergie qui se manifeste dans le commendement de la société.

    Le pouvoir tout un phenomene naturelle. Il apparait comme habituel à la conscience des hommes, puisque dés son enfance l’individu progresse dans une réalité soci&le dominée par le rapport autorité-obiéssance(relation parents-enfants).

    Le pouvoir est aussi intelectuelle, ainsi l’aptitude intellectuelle de l’homme, l’intelligence, l’habilité, la competence incarne également le pouvoir.

     La force économique est aussi importante et la classe qui a les moyen de production et la richesse éxerce l’autorité politique et détient le gouvernement.

    La préssion ou la contraite d’ordre morale est aussi une maniére de pouvoir, en effet, faire croire à la force , à la violence, à la terreur sans les exercer materiéllement, c’est une forme de pouvoir aussi.

                                                   JAOUAD DAOUDI.

8 mai, 2007 à 3:51 | Commentaires (0) | Permalien


l’arme nucleaire et ses effets sur la politique internationale(1)

bombeatomiqueamericaine1.jpg                INTRODUCTION :     

       A 8h15min du matin le 6 août 1945, le bombardier B –29 américain baptisé «  Enola-Gay »et piloté par le commandant Paul Tibbets largua sur la ville japonaise de Hiroshima  la première bombe atomique de l’histoire. C’était la fin de la seconde guerre mondiale, et le début de l’ère  nucléaire. La bombe aller tuer d’un coup 100000 personnes, et provoquer des formes inédites de souffrance humaine. L’américain John hersey fut l’un des premiers à se rendre sur place. Paru d’abord dans « the new yorker » son témoignage est considérée comme l’un des classiques du reportage de guerre (1).

       L’arme  nucléaire est  un  outil  de destruction  massive  qui  utilise l’énergie de l’atome, produite soit par la fission d’atomes lourds (Uranium, Plutonium, dans le cas des bombes A), soit par la fission d’atomes légers (Hydrogène dans le cas des bombes H). 

         Les physiciens commencent à envisager l’emploi de l’énergie atomique et de la bombe atomique dans les années 1930, notamment à la suite des découvertes et des travaux effectués  au collège de France par Frédéric Joliot-Curie, Hans Halban et Lew Kowarski en1939 et 1940. L’histoire de la bombe atomique commence par une lettre signée par Albert Einstein (qui était pourtant pacifiste), adressée, au Président des Etats-Unis, franklin Delano Roosevelt. Dans cette lettre, datée de 2 août 1939, Einstein ainsi que d’autres physiciens, expliquent à Roosvelt que l’Allemagne nazie effectue des recherches sur la fission nucléaire et ses applications possibles dans le domaine militaire, comme la fabrication d’une bombe atomique. Einstein explique que cette bombe est capable de libérer une énergie si colossale qu’elle pourrait détruire une ville entière. 

     Le 14 août 1940, le comité consultatif pour l’Uranium, un organisme fédérale crée par Roosevelt, après avoir pris connaissance de la lettre , demande dans un mémorandum la création d’un projet de recherche sur le thème de la fission de nucléaire et sur ses applications militaire. Une somme de 100000 dollars est débloquée.                        

 (1) le monde diplomatique  août 2005.p.2. 

  pour plus de détail en ce sujet veillez contacter jaouad-17@hotmail.com                                                      

                                                     jaouad daoudi

8 mai, 2007 à 4:59 | Commentaires (0) | Permalien


l’arme nucleaire et ses effets sur la politique internationale(2)

arton6891.jpg                            conclusion: 

    A l’ère de la globalisation, le Conseil de Sécurité de l’ONU, devenu véritable gendarme du monde, semble pratiquer la politique de deux poids, deux mesures, on passe sous silence les avancées technologiques d’Israël, dans ce domaine( exemple : la centrale de Dimona) et dans le même temps on menace de frapper l’Iran…le sujet est d’une très grande acuité. A cet égard, on ne peut pas objectivement préjuger de l’avenir immédiat concernant la gestion de ce dossier.     Parallèlement, le cas de la Corée du Nord semble être sinon gelé, du moins en veilleuse. Il est intéressant de se poser la question et de réfléchir pour les rebondissements à venir, résolument greffés sur le passif des relations Est/Ouest et du passif de la guerre froide. 

    Concernant toujours cette thématique gigogne du nucléaire, il y a lieu de poser la question soulevée par les risques d’accidents ou d’agressions majeurs, éventuels : pensons notamment, à cet égard au cas de Tchernobyl et à la  destruction en 1981 de la centrale nucléaire d’Osirak, en Irak par Israël. Evoquons également la crise des missiles du Cuba qui a failli basculer le monde vers une guerre nucléaire entre les USA et URSS. 

    C’est dire qu’il y a menace et danger pour l’humanité. Le traité de non-prolifération et la création de l’AIEA, sous tutelle des Nations-Unies est en principe une œuvre de salut public à l’échelle universelle. Sauf que le rôle joué par l’Agence est sujet à polémique, notamment à cause de l’attitude hégémoniste et quasi unilatérale des USA. 

    Il est aujourd’hui extrême difficile d’anticiper sur les modalités de gestion universelle de la question nucléaire. 

    En effet, l’évolution de la question nous a permis de porter un éclairage substantiel sur l’origine de la problématique, les enjeux du débat en cours, et les perspectives, encore ambiguës de la résolution, soit par consensus, soit par prise en compte d’un diktat d’une nation omnipotente, comme l’Amérique, à ce sujet. 

    Soulignons, à cet égard que le, dossier iranien est à cet effet un véritable test de la capacité des instances internationales à stopper une crise avant qu’elle ne dégénère.

« pour plus de détail en ce sujet veillez contacter jaouad-17@hotmail.com .                                                                                             » jaouad daoudi  »(licence en droit public) 

8 mai, 2007 à 4:54 | Commentaires (0) | Permalien


Bonjour tout le monde !

Bienvenue sur Unblog.fr, vous venez de créer un blog avec succès ! Ceci est votre premier article. Editez ou effacez le en vous rendant dans votre interface d’administration, et commencez à bloguer ! Votre mot de passe vous a été envoyé par email à l’adresse précisée lors de votre inscription. Si vous n’avez rien reçu, vérifiez que le courrier n’a pas été classé par erreur en tant que spam.

Dans votre admin, vous pourrez également vous inscrire dans notre annuaire de blogs, télécharger des images pour votre blog à insérer dans vos articles, en changer la présentation (disposition, polices, couleurs, images) et beaucoup d’autres choses.

Des questions ? Visitez les forums d’aide ! N’oubliez pas également de visiter les tutoriels listés en bas de votre tableau de bord.

3 mai, 2007 à 20:16 | Commentaires (1) | Permalien